Deux types d'aides sont proposées par l'Assurance maladie :
- l'option démographie
- l'option santé solidarité territoriale

L'option démographie est proposée à tous les médecins libéraux : de secteur 1, et de secteur 2 qui s'engagent à appliquer les tarifs opposables dans les zones concernées.

Elle concerne les médecins :

- s'installant ou déjà installés dans la zone, ou être installés à proximité (5 km en zone rurale, 2 km en zone urbaine)

- réalisant au moins 2/3 de leur activité auprès de patients résidant dans la zone.

L'option s'adresse aux médecins exerçant en groupe (c'est-à-dire avec des professionnels de santé, dont au moins un médecin, dans les mêmes locaux), ou membres d'un pôle de santé.

Le médecin adhérant s'engage à s'installer dans la zone pour une durée de 3 ans, et à contribuer à la continuité et à la permanence des soins.
 
En contre-partie, le médecin bénéficie d'avantages qui varient selon son mode d'exercice :
- en groupe : aide à l'investissement de 5000€ par an pendant 3 ans et aide à l'activité représentant 10% des honoraires annuels (C + V), plafonnée à 20.000€ par an.
- en pôle de santé : aide à l'investissement de 2500€ par an (sur 3 ans) et aide à l'activité de 5% des honoraires annuels (C + V) plafonnée à 10.000€ par an.

En complément de l'option démographie, la nouvelle convention médicale met également en place l'option « santé solidarité territoriale », qui vise à permettre aux médecins exerçant en zone fragile de se faire remplacer en cas d'absence.

Les médecins installés dans une zone où les besoins de soins sont satisfaits mais située à proximité d'une zone fragile pourront désormais apporter de l'aide à leurs confrères en consacrant une partie de leur temps médical à cette zone.

L'option s'adresse à l'ensemble des médecins libéraux, de secteur 1 ou 2, s'engageant à appliquer les tarifs opposables dans les zones concernées.

Le médecin s'engage à exercer au minimum 28 jours par an dans la zone fragile, durant 3 ans.

En échange, il bénéficie d'une rémunération complémentaire correspondant à 10% de son activité (C + V) dans la zone, dans la limite d'un plafond fixé à 20.000€ par an, ainsi que des frais de déplacement.